Helga Varnasžvilgsnis

Barde demi-orque

Description:

(Le background est à changer pour y mettre des références de Golorion)

Helga Varnasžvilgsnis est née dans le village de Dyglys, un village de pêcheurs entourée par une forêt de conifères d’où son nom (Dyglys se traduit par épines).

Lors de son quatrième anniversaire, comme son père avant elle, elle fut présentée devant le conseil des guerriers de Perkūnas – les enfants du tonnerre – et fut jugée convenable et recrutée.

Elle passa la première partie de sa vie sur un bateau long escortant les navires de commerce, écoutant les Anciens de Dyglys qui annonçaient que la guerre était pour bientôt et racontaient les récits de la gloire d’antan.

Or il advint qu’un jour arrivât une Cogue portant sur elle une délégation venue de Karaliaučius, d’où le fort arrogant Duc avait dépêché un Missionnaire de Iommedae pour affirmer sa possession du territoire où se trouvait le village et convertir la population à ses nouveaux Dieux.

Ben ça s’est pas bien passé. D’abord à cause de la barrière linguistique – les dignitaires du Duc étant presque tous allemands et leur traducteur parlait polonais (comme si c’était la bonne langue). Et les habitants du village ne furent pas impressionnés longtemps par les scintillantes armures lorsqu’il fut clair que les étrangers ne comprenaient pas grand choses ni à la mer ni à la forêt.

Et l’on se moqua de ces étrangers et de leurs nouveaux dieux, qui ne devaient certainement pas être aussi puissants et sages que les anciens – car tous, au village, savaient que les vénérables et les anciens savaient ce que les jeunes n’avaient pas encore appris. Hélas, les rires firent places aux cris lorsque le missionnaire, outré, leva la main sur le Vénérable Ancien du village.

Les étrangers furent ensuite chassé et on convoquât les clans des villages voisins, qui avaient, semble-t-il, reçus visiteurs semblables.

Un grand conseil fut formé l’on débattit. L’on se battit. À la fin, il fut décidé, à la consternation des enfants du Tonnerre, d’abandonner les anciennes pratique et de s’entraîner à la chevalerie sous la supervisions des exilés Tatars, qui, réfugiés devant la horde dorée, avaient acceptés de prêter mains forte aux serviteurs des anciens dieux baltes pour leur épargner le même sort devant les croisades teutonnes.

Dégoûtée – à quoi bon guerroyer contre un envahisseur si nous devons abandonner nos croyances et nos coutumes? Helga suivit en exil une bande de fils du Tonnerre qui se firent corsaires pour quelques rebelles Dalmatiens qui payaient bien.

Après quelques courses et écœurée par l’hypocrisie de la guerre et de la politique Helga tenta d’utiliser son expertise navale pour se faire marchande sur le trajet entre Constantinople et Venise, mais ses plans furent interrompue lorsqu’elle fût embusquée et «recrutée» à bord du Wormwood lors d’une escale à Port Péril.

Bio:

Helga Varnasžvilgsnis

Skull and shackles: les anarcho-pirates rogefred